A la fin du IVème siècle, l'Empire romain tolère un éventail de religions diverses, notamment depuis l'édit de Milan. L'une d'entre elles devient religion d'Etat en 380 : le christianisme. Autrefois religion suspecte, elle est au début du Vème siècle imposée à tous les sujets de l'Empire. Les populations « barbares » s'installant à l'intérieur de l'Empire romain connaissent pour la plupart le christianisme. En effet, vers 341, sous l'influence de l'évêque Wulfila de nombreux peuples germaniques orientaux adoptent l'arianisme.

En Poitou, Martin de Tours fonde la première abbaye d'Occident à Ligugé en 361, ce qui marque l'avènement du monachisme dans cette région du monde. On peut noter que l'un des rares Taifales dont on trouve mention dans les textes est un moine martinien du VIème siècle du nom de Senoch.

A voir pendant nos interventions
  • Présentation du contexte religieux et du mode de pensée de l’époque
  • Présentation des supports d’écriture et des formes des documents
  • Présentation des pigments et des encres
Nos sources
  • BnF, 1997-2000 - L'aventure des écritures. Paris, BnF, 3 vol.
  • Maraval P., 2005 - Le Christianisme, de Constantin à la conquête arabe. Paris, PUF, 460 p.
  • Mediavilla Cl., 2006 - Histoire de la calligraphie française. Paris, Albin Michel, 335 p.
  • Guillot O., 2008 - Saint Martin, apôtre des pauvres (336-397). Paris, Fayard, 551 p.
  • Mc Mullen R., 2011 - Christianisme et paganisme, du IVème au VIIIème siècle. Paris, Perrin, 452 p.